Nalmaste, le volontariat

Fini la visite guidée de Nalma, on retrousse les manches et on se met au boulot ! Après tout c’est pour ça que nous sommes venus 🙂

 

La première semaine de notre arrivée c’est encore les vacances scolaires, nous aidons donc Rabindra et Baba au jardin en ponçant puis en repeignant les armatures de la serre. Un travail de contorsionniste en plein soleil qui nous prendra quelques jours.

Nico aide aussi la famille à préparer le terrain pour le futur dortoir des bénévoles. Le transport des pierres est une tâche comme une autre pour Shanti, la sœur de Rabindra. Elle porte plusieurs dizaines de kilos de roches (sans exagérer) grâce à son Doko, le panier en osier népalais traditionnel.

Nous aidons aussi à récolter les grains de café, à désherber, à éplucher le makaï (le maïs) et à aménager une nouvelle salle de classe (en nettoyant au préalable les 10 cm de poussière et de gravats sous la moquette…).

Quelques jours avant la rentrée, on assiste à la remise de diplômes des enfants. En fonction de leurs notes aux examens d’avant les vacances et de leur comportement en classe, ils obtiennent un diplôme et un cahier.

Cet après-midi là nous avons le droit à des danses traditionnelles, des discours politiques (en népalais… bon là ils nous ont perdus…), à un goûter et un jeu à boire. Là on s’est réveillé direct ! Bon il se trouve que la boisson en question était en fait… de l’eau minérale. Le but du jeu : boire une bouteille d’1 litre le plus vite possible. A la clé : une bouteille de coca et une douzaine d’œufs. C’est un autre délire…

Un matin, nous partons avec Baba faire paitre les chèvres dans la forêt. Armés de nos bâtons, nous les remettons dans le droit chemin. C’est plutôt amusant mais l’air de rien c’est assez physique car le terrain est irrégulier. Comme chaque tâche ici, rien n’est facile et Baba a beaucoup de courage. On doit constamment veiller sur les chèvres car les tigres rodent. Véridique ! Une chèvre a été attaquée la semaine passée…

Progressivement d’autres volontaires vont arriver et la rentrée va modifier pas mal le rythme de nos journées…

7h00 : lever au chant du coq et cours de Yoga pour Anaïs avec Ramona, une volontaire allemande qui vient de passer son diplôme en Inde. Nico en profite lui pour se promener dans le village.

8h : petit déjeuner tous ensemble. Beignets, frites, riz, pancakes… avec un bon thé maison !

8h45 : c’est l’heure de l’école ! Les enfants se réunissent dans la cour et entonne en chœur plusieurs chants dont l’hymne nationale.

9h : Shanti vérifie que tout le monde est bien habillé et que les mains sont propres et c’est parti pour le 1er cours ! Chaque niveau a sa salle de classe. Ce sont les profs qui changent de salle toutes les 40 minutes. Comme souvent au Népal, l’organisation est très approximative. Rien n’est vraiment anticipé… On découvre chaque matin quelle sera notre classe et on a carte blanche pour les cours, une grande responsabilité à laquelle on ne s’attendait pas.

Donner des leçons de géométrie ou de religion en anglais à une classe entière de petits népalais, voilà qui change de l’ordinaire ! Un défi pour nous qui n’avons pas forcément un anglais impeccable et pour Nico qui n’a pas l’habitude de côtoyer autant d’enfants !^^

10h30 : première récré. Les enfants nous apprennent des chants, Nico rejoint l’équipe de foot. On s’habitue à entendre « Hey Miss/Mister what’s your name ? » « How are you ? » (même s’ils connaissent la réponse !).

10h45 : reprise des cours jusque 13h puis pause déjeuner. Les enfants mangent sur le perron de l’école ce que leurs parents leurs ont préparé. Les repas sont inégaux, certains ont des gâteaux secs, d’autres un bol de riz, d’autres du pop corn…

Nous nous retournons chez Rabindra où Ama ou Shanti nous ont concoctés un Dal Bhat, THE plat national à base de lentilles, riz, pomme de terre en curry et herbes. Le tee shirt de Baba résume assez bien l’aspect roboratif de cette préparation ^^

14h : reprise des cours. Comme le matin, nous sommes souvent seuls à prendre en charge une classe. Nico se spécialise dans les sciences et les maths, Ramona et Anaïs, plutôt l’anglais et la morale-religion. On fait comme on peut avec les moyens du bord. Chaque élève dispose en général d’un manuel, de quelques crayons et d’un cahier et nous, nous avons un tableau. La classe la plus difficile est celle des petits (équivalent de notre CP). Les p’tits bouts ne parlent pas bien anglais et sont un peu turbulents…

15h30 : fin des cours. Les enfants ont parfois des devoirs. La plupart vont aider leurs parents dans les champs.

16h : nous avons quartier libre. Après un bon thé à la menthe et un goûter, Anaïs migre dans la maison à côté pour donner des cours d’anglais à la tante de Rabindra, Hira kasi qui part bientôt au Portugal pour rejoindre son mari.

Au Népal, on assiste à un départ massif des travailleurs vers des pays comme les Emirats, Singapour ou le Portugal. Une main d’œuvre, on imagine, plutôt intéressante car « bon marché »… Les hommes envoie l’argent à leur famille restée au pays. D’autres choisissent plutôt de s’engager dans l’armée. Cela nous a surpris d’entendre Rabinbra nous parler de son désir d’intégrer la légion étrangère française !

19 h : le temps du dîner mais aussi du cours de Népalais ! Baba est bon professeur ! Puis vient le moment des chants et des parties de Bagh Chal ou « chèvres contre tigres ». Un jeu en apparence simple. Mais nous n’arriverons jamais à battre Baba…

A la fin de notre séjour, les enseignants organisent une cérémonie d’au revoir. Le directeur fait un discours d’une demi-heure sur l’avenir de l’école et l’aide apportée par les bénévoles. Les pauvres loulous trouvent ça un peu long, certains s’endorment… Puis ils chantent et viennent nous remettre un à un une fleur. On leur appose un tikka sur le front puis on s’échange un « namaste » les mains jointes. C’est un moment plein d’émotion et nous sommes un peu gênés et intimidés… Surtout quand vient le moment de faire un discours devant tout le monde… 😉

Ce volontariat dans l’école de Nalma, bien qu’intimidant au début, nous a beaucoup apporté. Nous étions venu pour tenter de transmettre des connaissances aux enfants, finalement ce sont eux qui nous ont le plus appris. On ressort de cette expérience rechargés à bloc d’énergie positive. Malgré les conditions précaires dans lesquelles évoluent ces p’tits bouts, ils ne se départissent jamais de leur sourire et de leur joie de vivre. Eux, qui n’ont ni tablette, ni portable, ni jeux de société mais qui rient de bon cœur à une partie de saute-mouton ou de foot… Une belle leçon.

Nous garderons dans notre cœur le sourire des népalais et la gentillesse de la famille de Rabindra qui nous a accueillis comme si nous étions de leur famille. Les chants de Baba, notre « papa » népalais, continuent de résonner en nous.

Ce n’est sûrement pas un adieu… juste un aurevoir.


Les photos de notre volontariat, c’est par ici !



Laisser un commentaire