Sacrée vallée !

A 1h de Cusco se trouve une superbe vallée qui nous a réservés de bien belles surprises. Si les constructions incas, les paysages de fou et les villages traditionnels vous intéressent, ne zappez pas, c’est par ici que ça se passe !

 

La cité de Písac : une bonne entrée en matière

Pendant 2 jours (durée de validité du pass boleto turistico) nous allons sillonner en bus local et en taxi la vallée sacrée, le grenier des incas.

Samedi 8 octobre, nous prenons un collectivo jusqu’au village de Písac puis un taxi jusqu’au site archéologique à 7,5 kms de là. On s’y attendait mais à 10h les lieux sont déjà envahis par les touristes.

La vue sur le site dès l’arrivée est saisissante : les ruines de Kallaqasa, la ville haute accrochée à la falaise, dominent de grandes terrasses semi – circulaires sur fond de hautes collines.

Sur la colline opposée, on peut observer des cavités taillées dans la roche, les tombes de paysans incas.

vallee-sacree-pisac-5

Après 1h de visite, nous prenons un chemin qui longe la colline pendant environ 30 minutes. Tout de suite, on quitte la foule, ça fait un bien fou !

Le chemin débouche sur l’Intiwatana, le temple du soleil. Tout est là : les grosses pierres parfaitement agencées, les portes et fenêtres de forme trapézoïdales, les canalisations, l’hôtel pour les sacrifices et le temple de la lune.

vallee-sacree-pisac-9

La vue depuis le mirador sur le site, la colline et les deux vallées nous fait penser à un mini mini Machu Picchu. C’est superbe.

vallee-sacree-pisac-14

En contrebas se trouvent de belles terrasses et des vestiges d’entrepôts. De là nous prenons un chemin pour le village de Písac, ce qui nous évite de refaire le trajet dans l’autre sens et de repayer un taxi.

Nous sommes agréablement surpris par cette petite promenade car nous traversons de belles terrasses qu’on ne soupçonnait pas depuis le haut du site.

Il est 13h30 quand nous arrivons au village. Nous déjeunons au marché et buvons un de nos meilleurs jus de fruits du Pérou (mangue – jus d’orange frais – maracuya (fruit de la passion)) ! 😋

vallee-sacree-pisac-28

 

Ollantaytambo 

Cet après-midi, il semblerait que le ciel va nous tomber sur la tête. On change donc nos plans et décidons de prendre un collectivo pour l’ouest, pour Ollantaytambo. Arrivés sur place nous avons tout juste le temps de trouver un hôtel et de grimper vers les ruines (gratuites) qui surplombent le village.

La vue de là-haut est magnifique, au soleil couchant.

Le village d’Ollantaytambo est le seul à avoir conservé intact son plan inca. Il est très agréable de flâner dans ses petites ruelles. Le clapotis de l’eau dans les rigoles est apaisant.

Malgré l’offre pléthorique en matière de restos, nous peinons à trouver un menu du soir abordable. Nico pénètre dans une salle à la devanture vierge. Il s’agit bien d’un resto fréquenté uniquement par les locaux. Pour 10 soles, le repas est excellent, pile ce qu’il nous fallait !

Le lendemain matin, on se motive à se lever à 6h30 pour profiter des ruines avant l’arrivée des bus de touristes. La forteresse protégeait le chemin au Machu Picchu. C’est d’ailleurs d’ici que partent aujourd’hui les trains pour le célèbre site, on voit au loin dans la vallée les locomotives bleues.

Les terrasses sont une fois de plus impressionnantes. Le temple du soleil est ici inachevé, merci aux conquistadors espagnols…

Nous terminons par la visite d’entrepôts, de canalisations avec bassins et de temples.

 

Moray

La journée est loin d’être terminée ! Nous prenons un premier collectivo pour Urubamba puis un second jusqu’à l’embranchement pour Moray et enfin un taxi/collectivo. L’entrée du site est également comprise dans le boleto turistico.

On peut admirer ici toute l’ingéniosité des incas en terme d’agriculture. Les 3 amphithéâtres, dont un plus grand et restauré, servaient de centres d’expérimentation agricoles. Les terrasses, réparties sur 10 niveaux, possèdent leur propre microclimat. Les bassins d’eau se situaient en haut, les incas géraient ainsi l’irrigation et les murs très épais emmagasinaient la chaleur le jour et la restituaient la nuit. Ainsi on observe une différence de température de 5 degrés par rapport à un sol normal à la même altitude.

 

Les salines de Maras

Le chauffeur de taxi nous conduit ensuite à Maras, à une petite demi-heure de Moray. Lors de nos prospections pré-tour du monde, nous avions vu passer dans les blogs des photos de ce site. On se disait à l’époque que ce devait être quelque chose. Presque 1 an plus tard, nous voilà sur le parking (entrée 10 soles), super excités de les découvrir en vrai. Après 10 minutes de marche au milieu de la foule, on débouche sur les salines.

Des centaines de bassins aux teintes blanche-ocre-marrons se superposent, s’imbriquent. On en reste bouche bée. C’est trop beau. Les photos parlent d’elles-mêmes.

vallee-sacree-salines-de-maras

vallee-sacree-salines-de-maras-11

L’eau est ici chargée en chlorure de sodium. La main humaine a bâti le reste. Datant de l’époque pré inca, les bassins sont encore aujourd’hui exploités par des familles organisées en coopératives.

Pour Nico c’est l’une des plus belles réalisations conjointes de la Nature et de l’homme qu’il ait vu du voyage.

vallee-sacree-salines-de-maras-10

 

Chicheros

Nous terminons cette belle journée par un crochet imprévu au petit village de Chinchero, sur la route de Cusco. Il y a là aussi des ruines incas à visiter. Il reste quelques murs et de belles terrasses. Nous apprécions vraiment car ce n’est pas touristique et le cadre est très chouette.

Juste à côté se trouve la très jolie église du village.

Cet après-midi une fête a eu lieu. Les habitants, en costume traditionnel, trinquent et papotent. Les femmes d’un côté, les hommes de l’autre !

vallee-sacree-chinchero-13

Le marché, bien qu’orienté vers le tourisme, est la bonne surprise de cette escapade. Comme on est dimanche, l’ambiance est détendue, les villageois se réunissent autour d’un verre.

On y mange d’excellents poivrons farcis ainsi que des beignets incroyables et une pomme d’amour !

On y fait quelques achats souvenirs et Anaïs trouve son bonheur dans un atelier de tissage, dans une rue derrière la place, où tout est fait main. Une petite étiquette avec photo vous montre quelle tisseuse a fait votre produit.

A 17h il est temps de reprendre la route pour Cusco.

Nous avons adoré cette petite expédition de 2 jours dans la vallée sacrée des incas, un peuple intelligent, travailleur et fascinant. Nous nous lançons, dans quelques jours, dans une expédition difficile qui nous mènera normalement aux portes du Machu Picchu. Article à venir très vite ! 😉


Les photos de la Vallée Sacrée, c’est par ici !



2 thoughts on “Sacrée vallée !

  1. Fabrice Répondre

    Pas « cons » les incas! (Je parlais de la culture en terrasses entre autre) mais ça va être difficile de transposer à Cousances Fa

    1. Anaïs et Nico Répondre

      Ah ça c’est sûr 🙂
      Il en faut du temps et des moyens pour construire tout cela…
      Bises à vous deux

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.